Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Ilosvai Gwener Laouen

par Joël archives 2008

Dans le cadre des « Vendredi de l’Eté », le Chœur d’Hommes est monté sur les planches de la « Halle de Loisirs » en première partie de spectacle, le onze Juillet. Sous la Direction éclairée et lumineuse de Denis, nous y avons chanté :

  • .Le Choeur des Chasseurs
  • .Le Chœur des Soldats
  • .Le Vieux Joe
  • .A la Saint Nicolas
  • .Adieu Recouvrance
  • .Allez les Marins
  • .L’Ame des Marins
  • .Les Bateliers de la Volga
  • .Des Chœurs Populaires Russes

    Nous nous trouvâmes fort dépourvus
    Quand l'heure du "bis" fut venue
    Pas la moindre chansonnette
    Au fond de notre épuisette


    Nous avions épuisé notre répertoire
    Sur ce lieu de foire
    Et dûmes rappeler le Vieux Joe
    Avant d'entamer le Kenavo!

Mais le temps fort de la soirée fut la prestation d'Ilosvai, un groupe de musiciens et danseurs de la région de Kosice en Slovaquie. Ce Groupe a été fondé  dans les années 40 du siecle dernier, sur la base d’un mouvement théâtral. Le titre distinctif « Ilosvai Selymes Peter » fut pris en 1974. Depuis, le Groupe n’a cessé d’être invité dans tous les festivals populaires (Hongrie, Roumanie, Espagne, France, Belgique). Il a eu de nombreux prix et donnerait une quarantaine de représentations par an.
 

Cette soirée fut magnifique. L'orchestre est composé d'une contrebasse, deux violons, un cymbalum. Le premier Violon a tout juste... seize ans, et ses partitions, qu'il n'utilise pas du tout en concert, sont entièrement manuscrites. Nous avons reçu la Beauté des traditions, ce soir-là, dommage que nous l'ayons bafouée, l'accueil n'était vraiment pas à la hauteur de l'évènement: la scène que nous leur avions préparée était poussiéreuse et le décor tristement inexistant. Heureusement, la musique a élévé nos regards et les danseurs concentré notre attention. Puissions-nous penser, la prochaine fois, à l'accueil, il eût suffi de quelques tentures, quelques décors, quelques fleurs pour transformer le lieu en un lieu respectueux de nos invités, des deux côtés de la rampe. Nous n'oublions jamais les discours, mais toujours la beauté.  La scène est un lieu sacré.




Lors des travaux de gosier qui ont bien naturellement suivi le spectacle, nos visiteurs slovaques nous rapportent une tradition bien étrange. A Pâques, dans leur région de Kosice en Slovaquie, les hommes en costume traditionnel se rendent au domicile de demoiselles choisies, avec au moins deux seaux d’eau bien fraîche, ils s’emparent de chacune des élues et les arrosent tour à tour copieusement. Ils sont ensuite fêtés par les familles des Belles... A seule fin de mieux les comprendre, quelques barytons expérimenteront la pratique sur quelques mezzo-soprano dès le printemps prochain !





 Quand les Hommes remplacent les beaux jupons, le décor reprend immédiatement son importance!

Pardon pour l'esprit rhêteur qui a plané sur cet article, mais le silence est trop souvent coupable et je n'en veux qu'à moi-même!

N'hésitez pas à réagir à cet article, comme à tous les autres, en publiant directement vos commentaires ci-dessous. Ce "blog" est le blog de tous les Choristes de la Côte des Légendes et non celui d'une seule personne. Vous êtes par ailleurs invités à y publier vous-mêmes vos articles.

Bonnes Vacances à tous!

Joël C.

Voir l'album photos.

Post-Scriptum
Le Cymbalum

Cymballum Le tambal (tympanon ou cymbalum) est un instrument d'accompagnement harmonique très populaire en Moldavie, Valachie et Olténie (provinces de l'Est et du Sud de la Roumanie). Apparenté au santur et aux instruments de la même famille du Moyen Orient, le tambal pénètre en Roumanie autour du XVIIIe siècle, en prenant quelques formes spécifiques :
a) le petit cymbalum (tambalul mic), dont les variétés sont le tambal accordé « à la roumaine » et le tambal accordé « à la hongroise » ; et
b) le grand cymbalum (tambalul mare) ou « de concert ».

Le petit cymbalum est utilisé par les ensembles traditionnels des villages (les taraf), tandis que le grand cymbalum fait partie des taraf des villes et des ensembles de musique folklorique « officielle ». Le dernier entre quelques fois dans la composition des taraf de Transylvanie et de Banat.

Le tambal mic est fabriqué d'une planche épaisse de forme trapézoïdale, sur laquelle sont tendues les cordes (dont les plus aiguës groupées à deux et à trois), fixées par des « clous » (cuie) et légèrement relevées par de petits ponts-chevalets. Le musicien frappe alternativement les cordes avec les mains droite et gauche, avec deux mailloches. Il réalise ses accords par le truchement des formules mélodico-rythmiques consacrées, appelées tiiturã (de horã, de sârbã, de geampara, nemteascã, etc.). Quand les sonorités de l'instrument sont trop fortes, il les étouffe à l'aide d'un mouchoir glissé entre les cordes. Un bon instrumentiste est capable de jouer aussi quelques mélodies simples, en s’accompagnant en même temps.

Muni d'une courroie en cuir, le tambal mic peut être joué en marchant;  raison pour laquelle il est utilisé comme instrument de cortège nuptial.

[Sources: Musée du Paysan Roumain]




Gwener Laouen 2008 sélectionné dans Musique et Chanson




Retour vers le "blog": cliquer ici.

Haut de page