les mots dans les vents de la mémoire

 ce sont les vents d'Orient

qui apportent de la nostalgie

et laissent aux âmes de la mélancolie.

 

ce sont les vents des steppes,

qui semble nettoyer la vie,

et quand le lendemain, ils soufflent,

c'est clair et lumineux.

 

ce sont les vents de suroît,

qui viennent de l'océan,

chargés des souvenirs de marins,

perdus dans les tourments.

 

ce sont les vents d'automne,

qui dispersent les fleurs des rêves,

et les senteurs des lilas bleus.

 

ce sont les vents du nord,

qui font grincer les chênes,

et apporter le chaos,

quand la mer se déchaine.

 

ce sont les vents d'été,

qui soufflent sur les ailes des papillons,

butinant dans le calice des fleurs,

la rosée de la nuit,

 

et , il y a toi mon ange

bercé par le vent dans l'azur du ciel,

vers le bleu de mes yeux.

mon amour s'enflamme,

        bleu azur.

trépasse, se brise, nous brise

        bleu encre.

se ranime, nous ranimes

         bleu marine

l'amour n'est peut être pas éternel,

          bleu klein

mais il nous rend éternel.

         bleu cyan.

ma source de vie,

       bleu d'outre mer.

 
Haut dans le ciel
 
le ciel est mystérieux.
comme s'il était immuable
au delà des hommes,
au delà du temps,
et si c'était cela l'éternité,
un ciel.
 
personne ne devient  jamais un adulte,
il y a toujours notre part d'enfant, bien vivant
au fond de nous.
il est comme le ciel.
 
le temps nous fait grandir,
mais être adulte, n'est qu'un leurre,
une entrave a nos rêves,
à notre âme d'enfant, libre
comme un ciel.
 
le temps sur moi fait son oeuvre,
j'ai l' impression de me découvrir
et de regarder ce qui m' avait échappé, jusqu'alors
le ciel est ??????    et si c'était déjà du passé.
 
-------------
 
PLUIE
 
hier, j'écoutais le chant de la pluie
en te regardant dormir dans la pénombre
a demi évanouie , derrière le voile du lit.
 
hier,  j'écoutais le chant de la pluie
sur une barque dans les nuages
et j' ai posé , sur le lit du fleuve
le cri de mon coeur ,dans le souffle du vent.
 
aujourd'hui , j'écoute le chant de la pluie
dans une maison vide,  de toi
sous le gris de ma cheveulure constellée d'étoiles
 
tristesse de la séparation
joie des retrouvailles
je laisse les gouttes de pluie
tomber sur les marches de notre vie.
 
mon amour , allons voir , les nuages rosés de l' aube
emportons  notre chant d' amour .
quand le temps et la beauté, seront devenus des soupirs,
dans la poussière du vent.
 
de nos yeux tristes couleront les larmes du temps
laisse moi m' en souvenir,de cette vie.
jusqu'à l'aube d'une renaissance.
 
 
floc!!!   floc!!!   floc !!!   putain de pluie.  
 
------------------
 
POEME D'UN MATIN GAI
 
les lettres éparpillées
sur un cahier
pour laisser les rêves
qu'imagine le matin.
 
les rêves de Luther King
un matin ce sont envolés
dans le chaos d'un monde fou.
dream, dream.
 
les rêves d'une petite soeur (Emmanuelle)
ce sont perdus dans la misère,
s'enfouissant dans les décharges du Caire, de Calcutta.
dream, dream.
 
un matin, imagine!!
John LENNON , imagine ce matin
un escalier rouge de sang.
dream, dream.
 
les rêves de Thérésa, un matin,
dans les orphelinats de BOMBAY ,
le rire des enfants dans les champs de fleurs,
dream, dream.
 
un matin sur terre rêve,
que c'est pour aimer que le temps presse,
les hommes a devenir des anges.
dream, dream.
 
un matin , je rêve,
qu'au fond de mon coeur,
je recueillerais ton sourire.
dream, dream.
 
un matin sur la terre rêve.
 
 
-----
 
Roses

En bas du jardin des roses ,

je vous ai rencontrée,

vous passiez d'un pas léger, comme la neige

quelle beauté,

comme dans un rêve.                                                       

 

des brumes du matin,

les rayons du soleil perçaient doucement.

le chant du rossignol,

faisait frissonner les arbres trempés de rosée. 

 

dans le goufre bleu du ciel,

le ballet des hirondelles,

le soleil de l'été,

dorait votre chevelure,

comme le feuillage des nuées.

 

et la lune en se levant  

a tiré les rideaux de la nuit.

venez que je vous chante,

à l'oreille la mélodie du temps.

 

au bas du jardin des roses

je vous ai rencontrée, vous marchiez,

d'un pas léger, comme la neige

et le temps qui passe, qui passe, qui passe.

rêva votre beauté.

 

-----

 

les  matins.

 

le matin peux tu me voir?

quand je flotte dans les nuages

le soir, peux tu me voir?

quand je suis dans ton voyage.

 

le matin, peux tu me voir?

quand je suis dans l'espoir.

le soir, peux tu me voir?

quand je suis dans le noir.

 

le matin, peux tu me voir?

quand je suis la caresse du vent.

le soir, peux tu me voir?

quand je suis ce baiser ardent.

 

le matin, peux tu me voir?

quand je suis ta chanson.

le soir, peux tu me voir?

quand nos coeurs battent à l'unisson.

 

le matin, peux tu me voir?

quand, je suis un sourire sur tes lèvres.

le soir, peux tu me voir?

quand je suis dans ton rêve.

 

le matin, peux tu me voir?

quand tu sors du pays de morphée.

le soir, peux tu me voir?

quand je me donne à toi, pour l'éternité.

 

ce matin, pourras tu me voir?

quand, je soulèverais le voile de la nuit.

ce soir, pourras tu me voir?

quand, je t'offrirais un bouquet d'amour dans les étoiles.

 

et quand tu seras seul (e),

pourras tu me voir ?   dis mon amour ,

pourras tu me voir?

 

-----

BLANC

le sourire des enfants,

sur les chevaux blancs,

d'un manège de bois, dormant,

sous un voile blanc.

 

dans les draines d'un soir,

les taches noires des corbeaux,

sur ce linceul blanc,

en faisaient un échiquier géant.

 

 tous les mots blancs

dont je rêvais ce sont envolés,

dans le chahut du temps.

 

sur les branches dénudées,

les oiseaux chantant dans le vent glacé,

les mots d'amour,

seront figés, pour toujours.

dans l'aube des matins gelés.

Retour à l'accueil